Mes réflexions éclairées ou non, sur tout et rien.

Pourquoi faire passer le plaisir avant le bonheur ?

Un bon moyen de comprendre ce qui motivent les gens est de regarder des pubs. La publicité et le marketing de manière générale, jouent un rôle de séducteurs. On cherche à séduire une cible pour la faire acheter une offre. Moi séduisant, toi donner argent. Voilà comment le résumer en cinq mots. Alors si on regarde les refrains de la publicité, on voit régulièrement les mêmes notions revenir en boucle. Il faut que ce soit facile, rapide, efficace, sans risque et nouveau.

Mais quel rapport avec plaisir et bonheur dans ce cas ? Pourquoi avoir intitulé cet article « le plaisir avant le bonheur » pour parler de marketing. Simplement parce que de mon point de vue le marketing est à la base du comportement humain. Ce terme qu’on aime détester est le fondement même de nos relations sociales. Il n y a rien de mal dans le marketing. C’est nous le problème. Comme je le disais en introduction, le marketing veut simplement nous séduire pour nous vendre du plaisir. Je ne connais personne qui se soit plaint d’avoir lâché un SMIC pour un iPhone qui sera remplacé dans un an. Si demain, la majorité des gens attendaient d’un portable qu’il soit lent, gros, peu cher et pauvre en fonctionnalité, vous pouvez être certains que le nouvel iPhone le sera.

Ceci étant dit, revenons-en au sujet initial. Le plaisir avant le bonheur. Le marketing te vend du plaisir. Le plaisir s’achète. Le bonheur, lui, ne peut pas s’acheter. Ça vient de soi. Le plaisir c’est le sentiment de bien être, qu’on ressent à un moment donné. C’est court, furtif, volatil. Je ressens du plaisir quand je mange quelque chose de bon par exemple. Ça fait du bien d’avoir ces goûts agréables. Le bonheur, quant à lui, s’installe sur le long terme. Le bonheur c’est ce qu’on ressent quand on est amoureux par exemple. C’est à la fois plus doux et plus intense. Je ne crie pas de joie chaque matin en me levant à côté de ma copine et ma fille. Pourtant le sentiment de bien-être que les aimer me procure est bien plus intense que le plaisir de la pizza d’hier soir. Pour faire une analogie je dirais que le plaisir c’est un souffle frais en été, quand le bonheur c’est la climatisation qui conserve la pièce à la température idéale. Réchauffement climatique en moins.

C’est pour ca que je dit que le plaisir passe avant le bonheur. On cherche à se sentir bien rapidement, en faisant le minimum d’effort et sans prendre le moindre risque. Alors on consomme toujours plus, parce que le plaisir est éphémère. Pourtant, si on était plus ambitieux on chercherais le bonheur avant le plaisir. Mohamed Ali expliquait qu’il détestait aller à l’entrainement. Si il sacrifiait son plaisir en allant s’entraîner, c’est parce qu’il préférait le bonheur que lui procurerait le titre de champion que le plaisir du repos. L’histoire lui a donné raison. Aujourd’hui il est l’un des plus grand athlètes que le sport ait connu, ce qui doit sans aucun doute lui apporter plus de bonheur que le plaisir bref qu’il aurait ressenti en se reposant au lieu de s’entraîner.

Crois en toi. Crois en ta capacité à atteindre tes objectifs. Refuse le plaisir d’aujourd’hui au profit du bonheur qui restera bien plus longtemps. Ce qui ne t’empêche d’avoir des petits plaisirs de temps en temps. Simplement veille à maintenir un équilibre et ne soit pas trop rapidement séduit par la séduction du marketing qui ne veut pas toujours ton bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *